L’observatoire du Rhum : l’Univers de la Guildive

Nous nous intéressons aujourd’hui à l’actu business des cavistes avec une étude que nous nommerons L’observatoire du rhum.

Appellation pompeuse, mais volonté réelle de notre part de proposer un état des lieux régulier de l’actu des cavistes qui font vivre le rhum.
Pour cette première édition, deux cavistes ont accepté de jouer le jeu, avec la cave de l’univers de la Guildive, à Antibes, pour ouvrir les hostilités. Un grand merci à Sylvie pour le temps qu’elle a pris pour nous répondre.

La boutique

1) Au niveau personnel, quel bilan tirez-vous de l’année 2018 ?

Pour ma cave c’est une première année d’exploitation (l’ouverture a eu lieu en novembre 2017), mon CA n’a fait que progresser et j’ai fait un mois de décembre au-delà de mes attentes et prévisions.
Je me suis faite connaître, j’ai organisé des masters class et j’ai commencé mon activité cocktails avec des after-work les fins de semaine.
Cette année 2018 m’a permis de valider la légitimité de mon activité et son développement à venir.

2) On a beaucoup parlé de la hausse des prix au cours de l’année, comment l’avez-vous ressentie ?

J’ai absorbé ces hausses dans ma marge que j’ai rectifiée malgré tout à la baisse en cours d’année. Les prix ont parfois été variables.

3) Quel ont été vos rhums coup de cœur de l’année 2018 ?

En 2017 c’était le Genesis brut de colonne de chez Longueteau. Une véritable claque.

En 2018 :
L’esprit de Neisson ainsi que le profil 105 de la même maison.
Retour en Guadeloupe avec le Bielle 2008 – 8 ans ainsi que la Coulisse de Bologne qui est un monovariétal extrêmement intéressant.
(Note : on remarquera que Sylvie est plutôt agricole !)

4) Tournons-vous vers le présent, et le futur proche. Comment voyez-vous l’année 2019 ?


Une année de développement sur les agricoles bien plus que sur les mélasses.
Je pense par ailleurs que nous aurons de plus en plus de rhums de dégustation. D’ailleurs, je pense que le rhum va encore gagner du terrain sur les autres spiritueux.
Malheureusement, on constate un jeu de spéculation qui fait flamber certains prix, c’est dommage. J’ai trouvé la semaine dernière des cols plus chers en Guadeloupe que chez moi à Antibes, c’est fou…

5) Quelle marque voyez-vous sortir du lot cette année ?


Neisson – Longueteau – Bielle – Bologne…

L’intérieur de la boutique

Changeons un peu d’angle et parlons des habitudes d’achats dans votre cave

6) Au niveau global, quelle est la part d’agricole dans vos ventes ?

C’est une bonne question, pour le moment j’ai fait 49% agricole et 51% mélasse.

7) Quelle est la part des rhums blancs ?

29%

8) On parle beaucoup des rhums blancs de dégustations sur les réseaux sociaux. Leurs parts est-elle importante par rapport aux rhums blancs classiques ?

Non pas encore, mais cela va le devenir j’en suis convaincue, c’est une “éducation” en cours, les clients sont exigeants et veulent pouvoir déguster hors planteur, ti punch etc., les palais s’affinent.

9) Enfin, et ça sera délicat, quelle est la part des bouteilles à >100€ ?

Cela représente une partie faible de mon CA, soit 0.8% (2.2 % des 2 698 cols vendus) pour 2018.
C’est un début…

Nous verrons la semaine prochaine les chiffres d’une autre cave en ligne/boutique. En attendant, nous remercions une dernière fois la Guildive pour avoir lancé cette rubrique.

Une réponse sur “L’observatoire du Rhum : l’Univers de la Guildive”

Répondre à Julien Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *