Nouveautés du RhumFest : prêts pour un tour du monde ?

Les principales nouveautés rhumesques sortent principalement à deux moments précis : autour du mois d’avril pour le RhumFest et pour les fêtes de fin d’année. L’évènement parisien ne fera pas exception cette année avec plus de 170 marques représentées, mais finalement peu de nouveautés. On déplore aussi deux absents majeurs : Neisson et Bielle.

Cette année, le RhumFest a choisi de mettre en avant des rhums du monde, et nous allons voyager avec une partie des nouveautés que vous pourrez découvrir du 13 au 15 avril au Parc Floral.

Commençons ce voyage à Tahiti, là où débutent les journées, avec la marque Manutea qui présentera deux nouveautés très attendues après le succès de leur gamme de blanc : un VO vieilli en fut de chêne, moitié Bourbon et moitié Banyuls (vin doux naturel du sud de la France) et un blanc affiné en fûts de chêne qui ont préalablement servi à la fabrication d’extrait de vanille de Tahiti, ce qui donne son nom à la cuvée – Vanilla Tahitensis.

En continuant vers l’ouest, nous traversons l’océan pacifique et l’océan indien. C’est à ce dernier que rend hommage La Maison & Velier avec la gamme Indian Ocean Still, qui propose pour cette nouvelle gamme un Chamarel, très jolie distillerie bien connue des touristes, de 4 ans. Mais la Réunion n’est pas en reste puisqu’un Savanna Agricole de 6 ans, un brut de fût titre à 61%, sera également proposé. Après le Wild Parrot du début d’année, c’est une nouvelle belle reconnaissance pour la distillerie.

Du côté de l’OB, Savanna proposera de (re)découvrir son Single Cask Grand Arôme 9 ans, son 18 ans – en mélasse – qui est également un Single Cask et enfin la sélection du staff, un brut de fût à 59,4% de 11 ans, aux notes de banane et ananas confits (si l’on en croit la note de dégustation fournie par la maison) qui rappellerait un Grand Arôme.

Nous continuons notre trajet, qui suit celui du soleil (pour les plus attentifs), et arrivons au Cap Vert, une des grosses attractions de l’année. Le Vulcao sera proposé par l’équipe des rhums Ferroni, et c’est un pur jus de canne qui s’annonce comme la version cap verdienne des Clairins d’Haïti (on veut de l’authentique, du rustique !).

Cap au sud-ouest, et c’est la Guyane française qui nous voit débarquer, avec la fameuse distillerie du Toucan, qui proposera son premier Rhum Vieux, le millésime 2015.

Plus au nord, Longueteau ne viendra pas les mains vides puisque ce sont pas moins de trois nouveaux rhums blancs (tous en canne rouge d’ailleurs), qui seront présentés au RhumFest : le nouveau batch du Genesis, qui arrive au bout de ses 2 ans de repos (et nous serons toujours sur la parcelle n°1), la parcelle n°9 avec la récolte 2018 et enfin la parcelle n°12 sera mise à l’honneur, même si les 12 mois  habituels de repos ne sont pas totalement respectés. Nous pourrons ainsi comparer les parcelles de cannes rouges avec une zone sèche, une humide et une montagneuse (parcelles 1-9-12).

Pas de nouveauté chez Reimonenq mais la possibilité de goûter, entre autres, la Cuvée prestige 9 ans.

Pour en finir avec les Caraïbes, Worthy Park proposera un 12 ans, millésime 2006, qui a vieilli en fût de bourbon et au domaine.

Fin de ce tour du monde avec un rhum péruvien, proposé par Plantation, qui nous propose le millésime 2006, qui vient prendre la suite du 2004 que vous pouvez trouver actuellement.

Nous ne manquerons pas de compléter ces informations si nous avons vent d’autres choses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *