Quand Chantal Comte va chez La Mauny…

On ne présente plus Chantal Comte, dont nous parlons régulièrement, et à qui nous devons quelques-uns des plus beaux embouteillages de rhum martiniquais.
Les derniers en dates, dans la gamme « Tour de l’Or », nous font (re)découvrir la maison La Mauny en mettant en valeur les merveilles qui se cachent dans les chais de Rivière Pilote. En effet, si cette maison ne jouit pas d’une réputation de rhum haut de gamme comme peut l’avoir Neisson, ces embouteillages ont placé La Mauny dans le jeu des grands rhums de dégustation. Lorsque l’opportunité de pouvoir comparer ces trois millésimes s’est présenté, nous n’avons pas hésité longtemps.
Pour cette dégustation, nous avons choisi de monter en degré alcoolique en commençant par le 2005.

Chantal Comte La Mauny 2005

Les caractéristiques

Degré : 51,5%
Intégration de l’alcool : Excellente
Particularités : Brut de fût et single cask
Nombre de bouteilles : 515
Le mot clé : Classe

La première impression est la grande finesse de ce nez, très élégant, mais qui manque peut-être un peu de vivacité. On attaque sur des notes d’encens, avec un boisé délicat qui structure bien le nez et qui s’accompagne de notes de fruits à coques. Après l’aération, on arrive sur de jolies notes d’épices. Un nez intéressant, plaisant, avec une belle évolution.
La bouche est ample, généreuse et assez intense, ce qui peut surprendre après un nez tout en finesse, mais ce n’est pas pour nous déplaire. Les épices (cannelle, poivre noir) sont là, et le boisé, presque caramélisé, est également présent. Quelques fruits noirs (cassis) rendent le tout encore plus agréable.
La finale est vanillée, longue et très gourmande.

Une belle réussite, malgré un nez que nous aurions aimé plus intense mais c’était sûrement pour mieux cacher une bouche magnifique. Un exemple d’équilibre et de maîtrise.

Un très beau rhum donc : 16,5/20

Un très beau rhum

Chantal Comte La Mauny 2006

Les caractéristiques

Degré : 57,7%
Intégration de l’alcool : Très bonne
Particularité : Brut de fût
Nombre de bouteilles : 2000
Le mot clé : Intense

Au nez, on monte un peu dans les degrés alcooliques et ça se ressent puisque le nez est plus intense que le 2005, sur les mêmes notes : boisé, épice, amande, avec une note fruitée sous-jacente (abricot).
La bouche est plus puissante également, même si l’attaque est très gourmande, sur un chocolat bien noir, des épices. Une fraîcheur insoupçonnée éclaire le milieu de bouche et laisse le boisé prendre sa place ensuite.
La finale est légèrement moins longue que le 2005, sur le réglisse et le tabac.

Même si nous avions déjà dégusté ce 2006, nous avons voulu replacer ce millésime dans une dégustation cohérente. Bien nous en a pris car le résultat, et les arômes d’ailleurs, est le même, c’est très bon : 16/20

Un très beau rhum

Chantal Comte La Mauny 2001

Les caractéristiques

Degré : 64,8%
Intégration de l’alcool : Très bonne
Particularité : Brut de fût
Nombre de bouteilles : 1715
Le mot clé : Gourmand

La première impression est assez bluffante, l’alcool est incroyablement intégré, pourtant on retrouve ici un degré d’alcool parmi les plus hauts sur les rhums hors d’âge martiniquais. Les arômes détonnent par rapport au deux précédents, car on retrouve plutôt des notes de miel, de coco, de noix en plus d’un élégant boisé. Un nez, évolutif, très réussi.
La bouche est (oh surprise !) intense et chargée, avec un côté végétal présent, malgré le nombre d’années en fût, quelques fruits tropicaux bien mûrs (mangue), un boisé mesuré, une note de tabac, avec une fin de bouche sur les épices. Un rhum à ne pas mettre entre toutes les mains vu sa puissance alcoolique.
Finale relativement courte, sur la noix qui accompagne un petit boisé.

Un rhum sur des notes différentes des précédents, un peu élevé en alcool néanmoins, et sans ce boisé très gourmand que nous apprécions : 15,5/20

Conclusion

Doit-on voir une corrélation entre le degré alcoolique croissant et la notation décroissante ? Peut-être, mais nous ne pouvons pas l’affirmer.
Quoi qu’il en soit, et pour résumer cette très belle dégustation, le 2005 nous a semblé plus équilibré, plus accessible mais pas moins complexe. Le 2006 est lui plus brut, mais toujours très réussi, là où le 2001, qui est quand même un très bon rhum, sera lui un rhum parfait dans le cadre d’une dégustation, mais son degré alcoolique (qu’on ne sent qu’en bouche) le rendra plus compliqué à déguster tout seul.
Trois très belles sélections, avec un 2005 qui arrive dans les tops dégustations du site.

Dégustation par Pierre et Simon. Nous remercions Simon Raskin pour les samples et pour les photos !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *