La dégustation du jour porte sur deux rhums qui n’ont, finalement, que peu de points communs, si ce n’est le terroir et la canne de Marie-Galante. En effet, les marques sont différentes (Bielle et Rhum Rhum), les âges très différents (14 ans et 5 ans), un appareil distillatoire différent (colonne et alambic) et des prix de sortie très différents (315 euros et 97 euros). Néanmoins, aussi bien la série des singles casks 2001, embouteillée par LMDW, que ce Libération 2012 full proof (car c’était bien d’eux qui s’agissaient), sont parfois cités parmi les meilleurs agricoles jamais sortis.
Le Libération 2012 est d’ailleurs l’exemple parfait de la licorne ultime pour les amateurs de rhum, avec tous les ingrédients réunis : tirage limité, un trio de rêve (Bielle, Capovilla, Gargano), une étiquette marquante et des critiques dithyrambiques. De l’autre côté du ring, la cuvée 2001 a elle connu un destin plus mitigé qui s’explique, à notre avis, par deux éléments principaux : un prix de sortie très élevé par rapport aux standards de l’époque, et même aujourd’hui d’ailleurs puisqu’il en reste encore dans certaines boutiques, et un nombre importants de fûts différents (on parle de 12), qui ont pu dérouter l’amateur. Il n’en reste pas moins que le fût numéro 4 est souvent décrit comme une des meilleures productions de Bielle.
On commence cette belle dégustation avec le Bielle 2001, fût 33

Les caractéristiques :

Degré alcoolique : 55%
Intégration de l’alcool : Très bonne
Âge : 14 ans
Vieillissement : ex fût de bourbon
Particularités : Brut de fût et single cask

Au nez, après une ouverture de 30 minutes, les premières effluves sont joliment boisées. On trouve ensuite une très belle note de cerise, directement reconnaissable, puis le tabac fait son apparition, avant qu’un caramel un peu brûlé ne vienne conclure ce nez. C’est un nez agréable !
En bouche, l’alcool est bien intégré, et l’ouverture est également boisée. La cerise du nez est devenu du cassis, ce qui est aussi rare qu’agréable dans un rhum vieux ! Les épices font leur apparition (clou de girofle, poivre) et on retrouve cette gourmandise sur le caramel foncé en fin de bouche, qui précède une finale sur la fraîcheur des fruits rouges et du bois.

Très belle dégustation de ce Bielle 2001 fût 33. Néanmoins, même cinq ans après la sortie de cette série, le prix nous semble trop haut, même si ces notes de fruits rouges (qui peuvent laisser penser au Vieil oublié) ne sont pas communes du tout !
Notre note : 17/20

Un très beau rhum

Les caractéristiques du Libération 2012

Degré alcoolique : 59,8%
Intégration de l’alcool : Parfaite
Age : 5 ans
Vieillissement : ex fûts de vins (Sauternes et Bourgogne)
Particularité : Brut de fût

Le nez s’ouvre assez directement sur une très belle note de café un peu sucré et crémeux et sur des fruits (orange et mangue). On retrouve la patte Bielle, cette gourmandise et ce fruité. Le boisé arrive ensuite et s’accompagnent des épices, variées et présentes : anis, réglisse et cannelle.
L’attaque en bouche est sirupeuse, avec de la fraîcheur (peut-être un peu de sève), des fruits exotiques (mangue et ananas), l’orange est toujours de la partie, et le réglisse est toujours présent. En fin de bouche, une petite astringence, agréable, sur le boisé, laisse entrevoir la finale.
Celle-ci est sur le boisé, et les fruits, typique de la maison.

Même si la “hype” autour d’un rhum nous échappe parfois, il faut reconnaitre que ce Libération 2012 est sacrément réussi ! On ne peut qu’inviter les amateurs d’agricole à chercher un petit sample, parce qu’il nous semble déraisonnable de partir à la pêche à l’écrevisse vu la côte actuelle (près de 400 euros)…
Notre note : 17/20

Un très beau rhum

Conclusion

Encore une belle dégustation ! Les notes de fruits semblent être une constante chez Bielle, tout en gardant cette trame agricole sur le bois et les épices. C’est un plaisir de pouvoir goûter ces très beaux rhums et la richesse de notre petit univers est une chance !

Dégustation du 2001 par l’équipe au complet (Flo, Pierre, Romain et Simon) et du Libération 2012 par Pierre et Simon !

Leave a Reply