Neisson, la perle du Carbet ?

La visite à Depaz vous prendra environ 1h30 voir 2h si la dégustation s’éternise. Si le temps vous le permet, vous pouvez filer un peu plus au Nord, sur la magnifique plage de sable noire de l’Anse Ceron, qui est peut-être l’une des plus belles de l’île. Peu fréquentée et sauvage, elle vous permettra de vous rafraichir dans de belles vagues. Sinon direction le Sud et la petite ville de Carbet.

Avant d’attaquer la deuxième visite du jour, vous trouverez, sur la plage du Carbet, le (très) fameux Petibonum : Ti punch décomposé, langouste et cuisine locale. Les prix sont un petit peu élevés mais la cuisine les vaut. L’ambiance est décontractée et vous serez directement sur la plage si vous n’êtes pas allé vous baigner avant. L’endroit est sympa, idéal pour recharger les batteries avant la suite de la journée. On reprend la route, pour quelques minutes, et vous voilà arrivé à la Distillerie Neisson.

Neisson, entre innovation et tradition

Neisson, c’est l’une des plus petites distilleries de Martinique, l’une des plus récentes également, mais c’est une maison qui a su se faire une place parmi les distilleries les plus réputées du monde. Ses blancs – on peut citer le 52,5 et l’Esprit – ou ses vieux – le très fameux 2004 ou son mythique 21 ans (lire la magnifique critique de Durhum)- sont des références dans le monde du rhum de dégustation. Bref, visiter Neisson est une étape importante pour l’amateur de rhum qui visite la Martinique.

Marianne Annonay

Pour un très rapide rappel historique, la distillerie appartient à la famille Neisson depuis sa création en 1932. Chez Neisson, on cultive sa propre canne, sur ses domaines, entre le Carbet et Saint Pierre. Elle est également la première, et à ce jour la seule, à proposer des rhums agricoles AOC certifiés Agriculture Biologique. Rappelons enfin que la marque vient d’obtenir le Label Entreprise du Patrimoine Vivant pour son savoir-faire.

Le domaine n’est pas comparable avec l’habitation historique que vous venez de voir chez Depaz. Ici, création plus récente oblige, pas de château, mais un site plus industriel.

Vianney Caudron

La visite :

La visite de la distillerie Neisson est assez classique : on circule sur le site de production et des panneaux explicatifs retracent les étapes de la fabrication du rhum. On va ainsi serpenter entre un bel aquarium, des colonnes à distiller, des chaudières, des moulins broyeurs de canne à sucre, et pour finir des futs dans lesquels se repose le jus. A ne pas manquer : la salle de repos des rhums blancs, une pièce immense au parfum de canne enchanteur.

Marianne Annonay

Lors d’une de nos visites, il y a quelques temps déjà, nous avons pu bénéficier d’une visite guidée improvisée par l’un des salariés de la distillerie (peut-être la chance de voyager hors saison). La visite a pris une autre dimension, surtout grâce à l’humour et la précision de notre hôte qui nous expliquera en profondeur, mais de manière très pédagogique, le fonctionnement de la distillerie et le savoir-faire Neisson. Il est dommage que les visites guidées soient réservées aux groupes, ou à la chance d’une rencontre hors saison, car nous avons passé un bon moment.

La boutique et la dégustation :

Pour être tout à fait honnête, le passage à la boutique nous a laissé un petit peu sur notre faim (ou notre soif…) lors de notre dernière visite (décembre 2018). Nous n’allons pas revenir ici sur la qualité des rhums de maison, ce n’est pas le sujet central, mais nous avons été frustré par le peu de rhum disponible à la vente et à la dégustation. Le vieux par Neisson, le 52.5, l’esprit Bio et… c’est tout ! Pas de trace des XO ou millésimes, pas de trace non plus de la série « profil » pour laquelle on se déplaçait. C’est le revers de la médaille lorsque l’on propose des productions plus réduites. C’est compréhensible, mais cela génère une petite frustration pour le connaisseur qui arrive sur la terre promise et qui s’imagine toujours trouver la perle rare ou la bouteille exclusive. Au niveau des prix, nous ne sommes pas non plus sur les tarifs les plus intéressants de l’île. Reste que la dégustation est généreuse, bien que l’accueil fût inégal selon les visites (nous vous déconseillons le samedi matin). Malgré tout, nous avons pu avoir des échanges intéressants avec le personnel de la distillerie à chacune de nos visites.

Pour résumé :

La visite de Neisson reste indispensable pour tout amateur de rhum qui se respecte mais il faut avoir à l’esprit que les productions sont petites et qu’il faut avoir la chance de passer au bon moment lors de la sortie des nouveautés. Il ne faut donc pas être surpris de trouver une boutique aux rayons clairsemés ou essentiellement remplie de bouteilles « zepol’karé » contenant les classiques de la marque.

NB : il semblerait que Neisson réfléchisse à améliorer l’expérience client et à ouvrir une nouvelle boutique qui permettra de déguster tous les millésimes et tous les rhums blancs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *