Savanna, Grand Arôme, 10 ans – chai humide

Thomas nous l’avait dit, la maison Savanna allait être l’une des sensations de cette année. Et, le moins que l’on puisse dire, c’est que les nombreuses sorties de l’année ont confirmé cette prévision. Le 14 ans a été, par exemple, un des coups de cœur de la Team Culture Rhum lors du Rhum Fest.

Savanna est une distillerie de la Réunion et elle est connue pour être la seule à faire à la fois du Grand Arôme (rhum de fermentation longue, qui permet de développer des arômes particuliers), du rhum agricole (la série Créol) et du rhum de mélasse. Nous avons interrogé la distillerie pour savoir plus sur les différentes distillations de leurs rhums :

« Les fermentations varient en fonction des rhums.

Nous travaillons bien sûr avec différentes levures en fonction des rhums produits.

Le temps de fermentation varie également. Par exemple pour un rhum traditionnel classique (Savanna Intense, Métis, ou les rhums vieux de la gamme classique), le temps de fermentation est d’environ 24h.

Pour le rhum agricole, il faut compter 36h.

Les high-ester comme les Grand Arôme ou le HERR, nécessitent eux entre cinq et dix jours de fermentation.

Les fermentations chez Savanna se font dans des cuves en inox fermées. »

Cécile Prusse – Savanna

Pour en savoir plus sur la gamme, un article très bien fait de Cédric Sip vous résumera tout.

Dans notre cas, il s’agit d’un rhum Grand Arôme, de dix ans, en brut de fût (59,1°). Il a reposé dans un chai dit humide, d’où le nom de cette série limitée.

C’est un rhum qui est sorti au prix de 105€, ce qui est assez cher pour un 50cl mais ce format à au moins le mérite de rendre l’achat moins douloureux.

La dégustation

Robe :

Miel, larmes relativement grasses

Nez :

Sage au début, ouverture sur le cuir et les fruits tropicaux, alcool parfaitement fondu après 30mn d’ouverture. Un caramel bien foncé arrive ensuite, il enrobe joliment un bel ananas (net), puis viennent quelques fruits noirs (myrtille), agrume (orange) et des épices (baies rouges et cumin). Dernier nez retour du cuir, petites notes de tabac.

Très belle évolution du nez, belle partition des arômes qui sont clairs et nets. Nez magnifique, la bouche peut-être tenir la comparaison ?

Bouche :

Attaque assez puissante, moyennement acide, magnifique, on trouve l’olive, le fût arrive enfin, comme base pour le tout, avec un bois frais. Les fruits sont là aussi, rouge (fraise ?), quelques épices (gingembre).

Second nez :

On retrouve un joli trio avec du caramel, du réglisse et du tabac, tous trois bien marqués.

Finale :

Longue et gourmande, sur les fruits acides (maracuja) et le réglisse.

Conclusion :

Une très belle dégustation. Clairement, ce grand arôme n’a rien à envier à un Jamaïcain (peut-être pas au niveau du H quand même), il est très réussi, avec un nez très gourmand, une bouche acide, qui permet de comprendre l’impact d’une fermentation longue. Un rhum « pédagogique » car en prenant le temps de l’ouverture, les arômes se livreront chacun leur tour.

Ça sera donc un 16

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *