Skip to main content

Le vieillissement en petit fût est une pratique qui se développe très rapidement chez les amateurs de rhum. Cela consiste à faire vieillir, souvent chez soi, du rhum blanc dans un fût de petite contenance. Ces petits fûts vont permettre de faire vieillir son rhum beaucoup plus rapidement (car il y a plus de contact avec le bois). Parmi les raisons de cet engouement, nous pouvons en citer deux très simples :

  • Tous les amateurs de spiritueux rêvent de créer leurs rhums, ce qui passait auparavant par de l’embouteillage en indépendant, avec les contraintes qui vont avec.
  • L’offre de petits fûts, sous l’impulsion des pionniers de la tonnellerie Navarre, commence à devenir conséquente.

Il y a donc toute une communauté de férus de vieillissement maison, avec les techniciens qui vont avec, qui s’est donné rendez-vous, entre autres, sur le groupe Facebook Vieillissement rhum en fût, qui compte 4800 membres au moment de l’écriture de ces lignes. La diversité de l’offre est vraiment folle, avec des fûts de 1 à 30 litres, ayant contenu un alcool avant (cognac, porto, calvados, vin moelleux), ou pas. Quand on rajoute à ces éléments le nombre de rhums blancs différents… On arrive sur une infinité de combinaisons possibles, ce qui rend l’expérience super excitante.

Le vieillissement Préférence Rhum

Devant cette petite folie actuelle, l’envie de créer un rhum s’est également emparée de nous, afin de pouvoir dire, nous aussi “on a fait notre rhum”.
Nous avons eu la chance de récupérer le fût de 10L de Willy Navarre, de la tonnellerie du même nom, qui contenait du cognac depuis plusieurs mois ; nous profitons de ce premier état des lieux pour le remercier très chaleureusement. Nous avons choisi un fût ex-cognac afin de récupérer des notes que nous apprécions particulièrement : fruits secs (noix ou pruneaux), agrumes et boisé élégant. Nous pensons, sans aucune certitude, que ce vieillissement en fût ex-cognac permettra de gentiment dompter la puissance du rhum blanc que nous avons mis à l’intérieur, sans tomber dans l’exubérance gourmande des fûts ex-bourbon ou encore ex-vin blanc moelleux (même si ce type de vieillissement est décrit comme très réussi dans des petits fûts). Mais, d’ailleurs, qu’avons-nous mis à vieillir ?
Eh bien, il s’agit du Cœur de chauffe, rhum blanc agricole de chez St James (Martinique), qui a la particularité d’être distillé en alambic à repasse, ce qui le fait sortir de l’AOC Martinique. C’est un rhum blanc puissant, qui titre à 60% – pourcentage adapté à la mise en fût – et assez “brut de décoffrage”. Nous avons pensé qu’une petite touche d’enrobage boisé et gourmand ne lui ferait pas de mal ! Enfin, ce rhum n’a jamais été vieilli, tout du moins officiellement, par St James ; nous nous sommes dit que cela serait intéressant de tester cela de notre côté.
Pour conclure, nous pensons faire un premier vieillissement assez rapide cette fois-ci, afin de garder la puissance de la canne propre à ce Coeur de chauffe. Nous partons donc, même si c’est tout à fait hypothétique, sur un vieillissement d’environ neuf mois, ce qui donnerait l’équivalent d’un rhum de deux ans dans des fûts de 200L, type fût de bourbon.

La dégustation de la cuvée PR – 1 mois

Le fût a déjà bien marqué le rhum blanc, la couleur est clairement celle du rhum paille de St James, avec un beau doré. C’est très impressionnant !
Au nez, c’est toujours très puissant, même si l’aération lui fait beaucoup de bien. On a des notes très florales (jasmin), de la vanille et des fruits secs (raisins ou abricots). On sent presque la bataille entre le bois et la canne ensuite, ce qui donne un nez très réussi.
En bouche, on a la puissance du Coeur de chauffe de base, avec certains des arômes du fût. On sent bien la canne fraîche, une petite noix grillée, un léger côté caramel. Les gorgées suivantes sont moins alcooleuses, et plus gourmandes, ce qui n’est pas désagréable du tout.

Bon bah c’est super bon, bien meilleur que prévu, et cela laisse présager de beaux dilemmes dans le futur !
Notre note : 19/20, minimum… Mais sommes-nous totalement objectifs ?

3 Comments

Commentez cet article