La distillerie Sainte James, située à Sainte Marie en Martinique (depuis 1973) est à la fois la plus ancienne des distilleries des Antilles françaises – puisque la création date de 1765 – et une des plus grosses unités de production (si ce n’est la principale). Les rhums Saint James, J.Bally, Héritiers Madkaud et Hardy sont tous distillés chez Saint James. La marque est la propriété du groupe La Martiniquaise, deuxième groupe de spiritueux en France, qui regroupe, en rhum, les marques Saint James, J.Bally, Depaz et Dillon (ainsi que Negrita et Old Nick).
Une des principales caractéristiques de Saint James (nous ne parlerons ici plus que de la marque Saint James), est d’être présente dans les rayons de la grande distribution, mais aussi sur un segment plus haut de gamme, ce qui est tout de même assez rare.
Nous avons régulièrement échangé avec Marc Sassier, à propos du degré idéal et de l’AOC Martinique, qui est le responsable de la production chez Saint James. Marc est vraiment l’une des personnalités les plus accessibles, les plus compétentes et sympathiques du milieu du rhum, mais nous avions peu de notes de dégustation sur les rhums Saint James. Nous avons donc programmé deux sessions, la première avec des rhums réduits, deux millésimes 1998, et trois bruts de fût dans un second temps. Le premier des deux 1998 sera le single cask 1998-2016, un magnifique 17 ans d’âge, dont il existe aussi une version embouteillée en 2009, mais que nous n’avons pas encore pu goûter !
Pour être un tout petit peu plus complet, il existe aussi des singles casks de 1997 et de 1999, qui sont depuis plusieurs années maintenant parmi les portes-étendards de Saint James, en compagnie de la cuvée Quintessence et de l’Essentiel.

Les caractéristiques du single cask 1998

Degré : 42,8%
Intégration de l’alcool : Parfaite
Age : 17 ans
Type de fûts : Petit fût de chêne américain de 200L
Particularité : Single cask

Au nez, pas de doute, on est chez Saint James ! En effet, la noix et le café ouvrent le bal. Ce sont des arômes assez classiques de la maison, que nous apprécions. Ensuite, les fruits secs font leur apparition, avec l’abricot et le pruneau, et s’accompagnent d’un agréable boisé. Ce trio de torréfaction, de fruits et de boisé est vraiment très agréable, car ce nez est assez puissant et concentré malgré la réduction.
En bouche, le boisé du nez est gourmand, il tapisse le palais. Avec cet agréable boisé on retrouve une belle note d’eau de vie de fruit (cerise ?), ainsi qu’un sympathique duo : café et chocolat. C’est bien fait et équilibré.
La finale est assez longue, avec une note de bois légèrement brulé.

Un rhum bien fait, élégant et fidèle à la tradition de la maison. Si on pourra regretter un petit manque de peps et de complexité, nous sommes ici face à un rhum agréable, qui ravira les amateurs des notes de café et de boisé, et nous en sommes (un peu moins Pierre quand même ^^) !
Notre note : 16/20

Merci Joseph !

Les caractéristiques de la cuvée Rotary

Degré : 43%
Intégration de l’alcool : Parfaite
Age : 21 ans
Nombre de bouteilles : 450
Particularité : Cuvée spéciale pour le Rotary

Au nez, l’ouverture est très intéressante, puisqu’on arrive sur une note de noix caramélisées, originale et plaisante. Ensuite, la vanille fait son apparition. Avec de l’aération, une boisé fin et élégant clôture ce nez très réussi.
En bouche, c’est toujours agréable, mais moins original, avec des épices douces (cannelle, réglisse) dans un premier temps puis le boisé, qu’on avait senti au nez, nous accompagne en bouche, avec une légère astringence pas désagréable, avant que la noix fraîche amorce la finale.
Celle-ci est moyennement longue, sur une belle douceur réglissée.

Cette cuvée pour le Rotary club de Fort de France est un beau rhum, avec un nez sacrément réussi. On regrettera néanmoins que la bouche soit assez classique et un peu moins à notre goût, même si nous avons passé un bon moment.
Notre note : 15,5/20

Conclusion

Deux beaux rhums dégustés ici, avec une petite préférence pour le Single Cask, qui est plus dans mes goûts du moment. Nous espérons pouvoir bientôt déguster la version embouteillée en 2009 du Single cask 1998, mais, avant ça, trois brut de fûts seront passé au crible…

One Comment

  • N'ours dit :

    Belle dégustation,

    Si vous voulez essayer la version 2009 du single cask 1998 j’ai des samples de dispo sur ma bouteille, ainsi que pour le 1999 ;-).

Leave a Reply to N'ours Cancel Reply