Les bruts de fût 2007 d’HSE : deux chênes – deux univers

Présentés fin 2018, début 2019, les deux bruts de fût 2007 d’HSE ont marqué un virage important pour la marque, le rhum agricole en général, mais aussi pour le grand public, avec un prix de vente conseillé à plus de 200€ en métropole. Ce prix de sortie a joué un effet dissuasif pour de nombreux amateurs, surtout que le duo a été présenté au format de 70cl, contrairement aux autres sorties récentes de la marque qui ont été presque toutes présentées en 50cl.

Il s’agit d’un parti pris pour ces 2 références. Nous ne sommes pas cantonné au format 50 cl : en effet nombres de nos références actuelles et historiques sont en 70 cl (1998/1960) voir même en magnum pour les cuvées spéciales, et il nous a semblé, au regard du profil des produits, que le format 70cl serait parfait pour ces références (très complexes, temps d’ouverture nécessaire, possibilité de comparer les 2 profils…).

Cyril Lawson, directeur commercial HSE

D’un point de vu pédagogique, et marketing, l’idée est excellente : proposer deux rhums qui ont eu le même élevage initial puis qui ont vieilli dans deux types de fûts de chênes de différentes origines. En salon il est courant d’entendre les représentants des distilleries parler de l’origine des fûts utilisés mais, pour l’amateur de base (97% des consommateurs à la louche) cela ne veut rien dire, sauf si on dit cognac, bourbon ou calvados. Désormais, ce même amateur pourra avoir une idée, même si la chauffe viendra ensuite modifier encore le profil initial. Concernant les différentes étapes qui ont mené à ce projet, redonnons la parole à Cyril :

Nous avons travaillé avec notre partenaire tonnelier sur ce projet bien en amont. Dans la logique qui nous anime, depuis des années maintenant (apporter de la pluralité et de la variation autour des vieillissements, et des sélections, dans le cadre règlementaire de l’AOC Martinique), nous connaissions et voulions valoriser, et porter à la dégustation, le potentiel incroyable que représente les types de chêne et leur provenance sur les profils aromatiques de nos rhums. L’idée a donc été mise en œuvre et pilotée pour aboutir à ces deux bruts de fût.

Cyril Lawson

Assez parlé, place à la dégustation !

Les caractéristiques du fût en chêne américain :

Degré : 51,2%
Intégration de l’alcool : Parfaite
Age : 11 ans
Type de fûts : Fût américain de la forêt d’Ozark.
Bois : Maturation de plus de 24 mois avec une chauffe longue
Nombre de cols : plus ou moins 400
Particularités : single cask et brut de fût
Le mot clé : gourmandise

Préférence Rhum

Au nez on sent bien le boisé, la vanille puis le tabac, les fruits (abricot caramélisé), épices. C’est très accessible et gourmand.

En bouche, le boisé ouvre encore une fois le bal, les épices (cannelle puis muscade), de la vanille sur la fin puis du réglisse.

Finale longue, toujours sur le boisé, contrebalancé par de la gourmandise de la vanille.

Proche d’un très vieux Bally brut de fût avec la gourmandise du boisé, qui s’accompagne ici d’une vanille bien présente et très appréciable. Un rhum sûrement desservi par son prix de sortie élevé en métropole, mais très bien fait.

16/20 pour nous, mais pour Rum Tasting Notes ? C’est par ici !

Un très beau rhum

Les caractéristiques du fût en chêne français :

Degré : 50,8%
Intégration de l’alcool : Très bonne
Age : 11 ans
Type de fûts : Chêne français de la forêt des Vosges
Bois : Maturation de plus de 24 mois et sans chauffe
Nombre de cols : plus ou moins 500
Particularités : single cask et brut de fût
Le mot clé : Finesse

Préférence Rhum

Au nez, le boisé est un peu moins gourmand que le chêne us mais il s’accompagne d’une très agréable fraîcheur florale et d’une belle note de chocolat. Nez très fin : le verre a été servi 1H45 avant, c’est peut-être trop.

La bouche est très intéressante avec apparition du tabac, des épices et agréable douceur fruité (fruits tropicaux).

La finale est un peu courte mais agréable : on retrouve le côté floral du nez et des notes pâtissières.

Un rhum plus complexe, moins « facile » que le chêne américain. Parfois fabuleux, parfois simplement bon, tout dépendra de votre humeur. En tout cas, la touche florale au nez et en finale est remarquable.

Notre note : 15/20 (anciennement 15,5), mais la note est-elle meilleure sur Rum Tasting Notes ?

Conclusion

Deux excellentes bouteilles, très complémentaires, avec deux profils bien distincts. Il est enfin possible de comprendre l’importance plus que central du fût dans le vieillissement du rhum. La voie a été ouverte, par ces 2007 et par le travail de Neisson avec le profil 105, et les résultats sont au rendez-vous.

Note : le chêne américain est présent dans notre article sur les dégustations Préférence Rhum !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *