Chantal Comte, découverte et dégustations

Les embouteilleurs indépendants dans le monde des spiritueux venaient historiquement de deux pays : l’Italie et l’Angleterre. Et pourtant, une Française avait montré la voie, puisque Chantal Comte travaille dans le monde du rhum depuis le début des années 80.

Issue de l’univers du vin, Chantal Comte a découvert le rhum en Martinique, à une époque où même ceux qui le produisaient n’y croyaient pas. C’est avec André Depaz que Chantal Comte fait ses débuts puisqu’elle s’est occupé des rhums Depaz avant de commencer à faire ses embouteillages en son nom.

« Les pépites de l’époque n’étaient pas proposées aux invités, car on leurs proposaient du whisky et les meilleurs rhums vieux étaient consommés entre producteurs »

Chantal Comte

L’une des spécificités de ses sélections ? Elles sont souvent en brut de fût (non réduites après le dépotage), ce qui donne une grande puissance aromatique. Mais cela donne des rhums plus complexes et dont les séries sont souvent réduites. S’il faut sortir une série à cent excellentes bouteilles, Chantal Comte le fera, sans chercher à faire gonfler le nombre de bouteilles.

Concernant le futur de la gamme, ses dernières trouvailles ont été faites chez La Mauny mais il semblerait que l’histoire soit, au moins à court terme, plus ou moins finie avec la distillerie de Rivière Pilote. Et lorsqu’on lui demande chez qui pourraient être faites les prochaines sélections, Madame Comte répond qu’HSE travaille bien en ce moment, dans le style qu’elle apprécie. Et nous ne dirons pas le contraire.

La Mauny – 2006

Chantal Comte a toujours sélectionné ses futs en cours d’élevage et a également toujours refusé toute modification (comme la réduction par exemple). Dans le cadre de cette série La Mauny, la sélection des fûts s’est faite neuf mois avant la mise en bouteille, et les rhums ont été re-goutés entre temps.

Pour information, la série des 2001-2005-2006 a reçu des doubles médailles d’or à Bruxelles et Madrid à sa sortie.

La dégustation

Un rhum qui demandera du temps pour apprécier son déploiement, un rhum à apprivoiser, mais qui saura vous récompenser.

Robe :

Un acajou profond et hypnotique.

Nez :

L’agricole dans toute sa splendeur !  Un boisé remarquable qui charpente le tout, des épices (gingembre, muscade, baies rouges) pour titiller notre imagination, une fraîcheur mentholée pour rappeler la matière première. Le nez évolue ensuite sur le tabac, avec une touche de fruit (abricot sec). Un nez époustouflant de maîtrise, d’évolution et de diversité.

Bouche :

Une bouche charpentée, qui dégage une belle puissance (qui rappelle un bon rhum blanc agricole), légèrement alcoolisée typique d’un brut de fût. La première sensation en bouche est douce mais, rapidement, arrivent les épices (poivre), accompagnés d’un léger boisé et enfin d’une pointe d’amertume sur le café. Une bouche exigeante et complexe.

Finale :

On retrouve les fils rouges de toute la dégustation : tabac et épice dans un premier temps puis un boisé puissant pendant de longues minutes.

Un rhum à découvrir absolument pour ceux qui n’ont pas pu y goûter, un agricole de haut niveau, une concentration aromatique qu’on ne voit pas souvent.
Encore trouvable au prix de sortie (129€), ou même un peu moins (certaines ventes à 110€ sur eBay).
C’est un 16/20.

Chantal Comte, Bielle, 5 ans, 56,6%

Robe :

Jaune paille tirant vers l’ambré

Nez :

D’une finesse absolue, sur les fleurs, un nez doux et apaisant. Le profil devient ensuite végétal, sur la canne fraiche, pour enfin arriver sur les épices, la muscade et le poivre.

Bouche :

Intense, vive et riche. Le boisé fait son apparition et les épices se font plus vives, avec le piment et le poivre.

Finale :

Belle longueur sur le tabac et le réglisse qui durent tout en étant légère et discrète.

Un très beau rhum, avec un nez très fin et une bouche vivante et maîtrisée. Ces contrastes en font une belle réussite.
15,5/20

Conclusion

Deux sélections différentes avec un Bielle moins concentré que le La Mauny, mais deux très belles réussites. Les sélections Chantal Comte sont souvent assez chères mais la qualité est au rendez-vous. En ce qui concerne les deux rhums qui nous intéresse, les deux profils sont complémentaires et prouvent, si besoin est, que les rhums agricoles ont une diversité extraordinaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *