Les dégustations de décembre : Bally 2000 par Corman Collins

Lorsque qu’un grand rhum sort de la collaboration d’une distillerie et d’un embouteilleur indépendant, on se demande toujours qui féliciter en premier. Ce Bally 18 ans (presque 19, soit le plus vieux Bally embouteillé) n’échappe pas à la question. En effet, il est le fruit du long travail de distillation et d’élevage de Monsieur Marc Sassier de la distillerie Saint James/Bally. Mais serait-il sorti sous la forme d’un single cask embouteillé brut de fût à 56,8% ?
Le vaste débat sur le rôle des embouteilleurs indépendants, et sur l’intérêt pour les distilleries de passer par un tiers pour sortir certaines pépites, reste vif. Chez Préférence Rhum nous pensons que l’équilibre OB/IB est très important pour la dynamique du marché, ne serait-ce que pour les nouvelles propositions, voir expérimentations, des IB. On pense notamment aux différentes sorties de magnifiques single casks qui seraient parfois restés en sommeil ou dispersés dans des blends… Les distilleries ayant déjà fort à faire avec leurs gammes classiques.

Mais revenons à ce très attendu Bally millésime 2000 de chez Corman Collins. Les 408 cols se sont arrachés et le stock est parti dès les précommandes. En effet, Bally a déjà présenté trois très jolis millésimes, embouteillés par La Maison du Whisky dans les bouteilles pyramidales, la trilogie 1998-1999-2000. Il n’y a pas eu de sortie du Bally brut de fût cette année par LMDW ; Corman Collins s’en est occupé. A cela s’ajoute le titre de « plus vieux Bally jamais embouteillé » (qui renvoie sûrement aux éditions évoquées juste avant) et un packaging, à l’image de la Cuvée Bèlè chez Trois Rivières, très travaillé, ici dans un style rétro (on en parle peu, mais le packaging et la bouteille comptent évidemment dans la décision d’achat).
Le prix est de 165€, ce qui reste une somme importante, mais plutôt raisonnable pour un rhum agricole de cet âge. Une belle carte de visite, mais la vérité est ailleurs. Donc place à la dégustation !

Les caractéristiques :

Degré : 56,8%
Intégration de l’alcool : Parfaite
Age : 18 ans, presque 19 (Mis en fût le 28/07/2000 puis dépoté le 15/10/2018 et mis en bouteille le 02/10/2019 )
Type de fûts : Ex-Cognac
Mark : Sassier
Nombre de cols : 408
Le mot clé : Gourmandise

Préférence Rhum

Le nez est magnifique, quelle gourmandise ! Il est construit autour du couple vanille/chocolat, des notes torréfiées (café, moka) soutiennent le tout et sont complétées par des belles épices douces (cannelle).

La bouche est dans la même veine, avec un équilibre légèrement déplacé vers un boisé un peu plus présent, on sent vraiment le fût mais toujours sous le signe de la gourmandise et du couple vanille/chocolat. Les épices douces et un petit gingembre nous attendent en fin de bouche.
Enfin, la finale offre une belle longueur sur un boisé toujours aussi gourmand.

Conclusion

La collaboration Bally/Corman Collins est plus que réussie. Ce Bally 2000 nous offre un jus très gourmand et magnifiquement équilibré, autour de la recette que l’on aime dans l’agricole : un boisé torréfié, quelques épices et le couple chocolat vanille.
Un rhum pour amateur, un rhum de très haut niveau.

Un dernier mot :

Il a tout ce Bally ! La complexité, la longueur, le style, en fait tout ce que j aime dans un spiritueux. C’est également une fierté personnelle car Bally est mon rhum agricole préféré.

Hubert Corman

C’est un 16,5/20, qui pourra monter à 17/20 une fois que la bouteille sera plus entamée.

Note réalisée par Pierre et Simon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *