Patrimonio – Foursquare x Velier

Ce rhum est le résultat d’une nouvelle collaboration entre Richard Seale et Luca Gargano, deux des principaux défenseurs des rhums « naturels ».

Mis en bouteilles en février 2019 par la distillerie Foursquare, ce rhum va bénéficier d’une double maturation, une partie du distillat sera vieilli 14 ans en fûts de bourbon et l’autre sera vieillie pendant 10 ans en fûts de bourbon puis achèvera sa maturation en fûts de Sherry pendant 4 ans. Les deux cuvées seront réassemblées ensuite pour obtenir ce rhum équilibré qui sera tiré à son degré naturel (58°), pour environ 6000 bouteilles. Le vieillissement entièrement tropical a provoqué une part des anges de près de 80%.

Cette bouteille est encore trouvable sur certains sites à son prix d’origine généralement constaté (179 euros). Mais pour combien de temps ?

En effet, il semble qu’il ne soit toujours pas passé en vente sur l’un des plus gros sites de vente en ligne, il est indisponible sur le site de LMDW, pourtant distributeur de Velier, ainsi que sur plusieurs autres. Tous les sites francophones affichent la même chose sur la fiche de présentation : quantité limitée à une bouteille par personne et par commande. 
La vitesse à laquelle ce rhum s’est retrouvé presque introuvable laisse néanmoins à penser que ce ne sont pas 6000 personnes (dont votre serviteur) qui se sont décidées pour l’achat d’une bouteille, mais bien plutôt que certains acheteurs compulsifs ont effectué une razzia sur ce rhum qui nous offre de belles promesses gustatives, mais également des supposées promesses de plus-values à la revente. Une bouteille difficilement trouvable malgré le tirage important, étrange n’est-ce pas ?

Mais, puisque nous avons réussi à nous en procurer une, place à la dégustation.

Robe :

Un bel acajou.

Nez :

Aucune sensation d’alcool. Nez fin. Fraicheur sur le menthol, les épices (muscade, poivre). Arrivé ensuite du boisé, léger et élégant, qui s’estompe dans une douceur presque végétale (tabac blond). Nez évolutif et intéressant qui se conclut sur une très jolie note de fruits (pêche, abricot).

Un nez qui va crescendo et qui bénéficie d’une ouverture longue pour donner son plein potentiel.

Bouche :

La bouche s’ouvre sur une surprenante noix sèche, puis arrivent ensuite le tabac et la vanille avec un caramel très présent. Les notes végétales sont fugaces et se laissent recouvrir par les épices puis par le cacao amer.

A mesure que l’aération se poursuit, l’équilibre se fait avec l’apparition de notes plus végétales mais le rhum reste marqué par les épices, un des marqueurs Foursquare.

Finale :

Finale amère et sèche, sur les épices (poivre ou même piment) et le bois, avec une persistance du caramel trop chauffé. Belle longueur.

Nous ajoutons une goutte d’eau, qui entraîne une belle ouverture :

Nez :

La canne présente, avec en plus une pointe de coco.

Bouche :

On retrouve le coté laiteux et un peu gras, le cacao présent et les épices plus en retrait mais toujours présentes.

Finale :

Toujours sèche et marquée par le bois, les épices restent fidèles tandis que le caramel est plus doux et s’accompagnent de légères notes fruitées…

Verre vide le lendemain : caramel au lait, tabac blond et cannelle.

Conclusion :

Est-ce que le réseau de distribution (Velier + LMDW) joue sur l’épuisement rapide de ce rhum qui propose des arômes appréciés par les buveurs de whisky ? Une chose est sûre, la canne est masquée par le bois et les épices au premier abord.

Une chose est claire, ce rhum a été marqué par le fut de sherry. Un rhum pour amateur de whisky donc, qui va demander de l’aération pour calmer son coté sauvage.

Nous avons affaire ici, et c’est très clair, à un rhum complexe, potentiellement clivant.

C’est un 15/20.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *