Triple dégustation au programme aujourd’hui avec le La Mauny 2005, le Bielle 2009 (fût 106) et le Clément 3 ans, trois cuvées embouteillées par la Confrérie du Rhum.
Nous avions déjà évoqué, dans notre guide des embouteilleurs indépendants, les sélections faites par la Confrérie du Rhum. Il s’agit bien souvent de “préparer le marché” pour une distillerie, souvent des DOM, sur un segment qui n’est pas le sien. Citons rapidement l’exemple récent du St James 2003, qui a été proposé brut de fût, un an avant l’embouteillage 2003 officiel.
Jerry Gitany, cofondateur du groupe avec Benoit Bail, nous éclaire :

Ce sont désormais les marques qui nous demandent de faire les cuvées de La Confrérie du Rhum. En effet, tout a commencé en 2013 : la Confrérie avait alors 3 000 membres (autant que je me souvienne) et Benoît Bail a eu l’idée de faire une cuvée. Il a donc acheté du rhum chez un broker et a embouteillé ces quelques bouteilles qui ont été vendues en moins d’une heure. Nous avons renouvelé l’expérience une seconde fois, avec ce même résultat. Depuis, ce sont les marques qui nous demandent de faire des sélections avec elles.
Voici notre méthode de sélection :
Nous allons, le plus souvent, sur place, pour sélectionner dans les chais (il nous est arrivé une ou deux fois de le faire a partir d’échantillons). L’idée est bien sûr d’essayer de proposer une cuvée exclusive, c’est à dire quelque chose que la marque n’a pas encore réalisé. Citons par exemple les premiers single casks de la Favorite, les premiers brut de fût HSE, le premier mono-parcellaire blanc de Longueteau ou encore le premier vieux de Bielle à partir du blanc double distillation etc … Et ce n’est pas fini, puisqu’avec notre dernière sélection nous proposons un des premiers Clément brut de fût high proof !

Pour la petite histoire, deux de ces cuvées (La Mauny et Bielle) ont été goutées lors de la 3ème TDA (télé-dégustation à l’aveugle) organisée pour le Rhum Club Paris. Ces dégustations sont des moments très intéressants puisque seul l’organisateur sait quels seront les rhums dégustés, et cela donne des moments d’échanges et de découvertes extrêmement intéressants. Trop souvent l’étiquette fait un travail énorme et biaise fortement la dégustation à venir. Il est donc important de faire régulièrement des dégustations à l’aveugle afin de réapprendre à découvrir. Pour conclure sur cette TDA n°3, les deux derniers rhums étaient le La Mauny d’Excellence Rhum et le Karukera de Christian de Montaguère ; par hasard les deux groupes étaient très différents, le premier étant composé d’amateurs d’agricole et le second de rum de tradition anglaise : ces deux rhums de fin ont beaucoup plus plu aux amateurs de rum, car plus habitués à ces rhums puissants, là où les deux rhums qui nous intéressent pour cette dégustation ont bien plus séduits les amateurs d’agricole. D’où la grande importance de bien réfléchir aux profils de vos amis quand vous organisez une dégustation !
Voyons voir ce que nous réservent ces trois rhums sélectionnés par Benoit Bail et Jerry Gitany.

Les caractéristiques du La Mauny 2005, édition de la Confrérie

Degré : 49,7%
Intégration de l’alcool : Très bonne
Age : 11 ans
Nombre de bouteilles : 1000
Particularité : brut de fût
Vieillissement : Chêne français
Fiche Rum-X

Oh le beau triptyque que nous avons là : du boisé (le fût et le bois un peu brûlé), des épices (vanille, cannelle et gingembre) et des fruits (abricot sec et mangue). C’est très agréable, surtout si vous appréciez ce boisé typique des vieux agricoles martiniquais.
En bouche, on retrouve des notes plus empyreumatiques, avec du chocolat et du cuir, qui accompagnent un boisé plus fin. Les épices sont toujours douces (cannelle et muscade) et les fruits tropicaux apportent une dose de gourmandise agréable. Le boisé revient en fin de bouche, il est toujours assez présent.
La finale est assez longue, sur le boisé (le fil conducteur de cet embouteillage) et le chocolat noir.

C’est un bel embouteillage que nous avons ici. Assez proche du 2005 de Chantal Comte dans l’esprit, ce qui est logique puisqu’il s’agit de fûts frères, nous avons ici un bel exemple de ce que proposent les vieux rhums martiniquais. Enfin, même si ce rhum est proposé brut de fût, il y a peut-être une réduction un tout petit peu trop importante (le 51,5% de la version Chantal Comte étant presque parfait).
Notre note : 16/20

Un très beau rhum

Les caractéristiques du Bielle 2009 pour la Confrérie – fût 106

Degré : 52,6%
Intégration de l’alcool : Très bonne
Age : 8 ans
Nombre de bouteilles : 264
Particularités : brut de fût et fût unique
Vieillissement : Ex-bourbon
Fiche Rum-X

Au nez, l’ouverture est très douce, typique de chez Bielle : des agrumes et des fruits jaunes (pêche ou abricot par exemple). Ces marqueurs, qu’on trouve aussi sur les différents 2008, sont reconnaissables facilement. On trouve ensuite une petite pointe de douceur, sur le sucre de canne, et une petite note de boisé en fin de nez.
Le profil est similaire en bouche, où l’alcool est très bien maitrisé, avec une ouverture sur les agrumes et les fruits jaunes, avant que les épices ne fassent leur apparition avec de la vanille et le réglisse.
Pour la finale, on retrouve le boisé et le “sucré” du nez et les épices de la bouche.

Nous sommes ici sur un Bielle typique, avec ses agrumes, ses fruits et ses épices. Ce fût 106 est un très bon exemple de ce que Bielle peut proposer, avec une douceur assez marquée, et marquante, pour un rhum agricole.
Notre note : 15/20

Les caractéristiques du Clément 3 ans par la Confrérie

Degré : 60,9%
Intégration de l’alcool : Très bonne
Age : 3 ans
Nombre de bouteilles : 750
Particularités : brut de fût
Fiche Rum-X

Petite précision ici, la bouteille venait juste d’être ouverte pour cette note de dégustation.
Le premier nez est agréable, mais un peu fermé (ce qui est logique), avec quelques fruits compotés, en arrière plan, qui s’accompagnent d’une note de chocolat, d’un boisé un peu résineux et de noix. Avec de l’ouverture, deux fruits apparaissent très clairement : la poire et l’abricot (ce dernier étant tout à fait identifiable).
En bouche, et même si l’attaque est gourmande (vanille), on sent rapidement la puissance du brut de fût (pas trop d’alcool mais une puissance certaine). Le milieu de bouche est épicé (poivre, muscade) et boisé. On retrouve aussi la note d’abricot en en fin de bouche, avec quelques fruits exotiques également.
La finale est un peu décevante, assez courte et pas très gourmande, sans pour autant être désagréable.

Encore une belle sélection de Benoit et Jerry, avec un Clément puissant, qui rappelle forcément celui embouteillé par la Compagnie du Rhum. Le nez et la bouche sont vraiment très intéressants, avec des arômes bien mis en avant par le brut de fût. Cette dégustation, déjà très agréable, devrait être encore plus appréciable une fois que la bouteille sera bien épaulée (soit après 10cl en moins environ). Enfin, le prix est tout doux, ce qui renforce encore l’attrait pour cette belle bouteille !
Notre note : 16/20

Un très beau rhum

Conclusion

Pour les trois embouteillages dégustés ici, la mission est accomplie pour la Confrérie du Rhum. En ce qui concerne le La Mauny, ce 2005 aurait pu être l’une des seules possibilités de goûter à une version brut de fût… Mais heureusement que Chantal Comte en a proposé depuis ! Quel regret de ne pas avoir plus de brut de fût chez La Mauny, car le profil est vraiment très intéressant.
Pour le Bielle, il est sympathique et typique, mais moins marquant que ce La Mauny, qui sort du lot.
Enfin, les Clément en brut de fût sont également une denrée rare, nous en profitons donc avec plaisir.
Quoi qu’il en soit, nous avons fait un très agréable voyage dans les Antilles françaises avec de très belles sélections, qui correspondent très bien à nos goûts.

Leave a Reply