Skip to main content

Comme chaque année, Velier n’est pas venu les mains vides au Whisky Live, avec une bonne dizaine de nouveautés, en plus des Clairins dispo au stand et quelques pépites au bar VIP. Si en 2019 la sélection avait un fort accent Jamaïcain, cette année nous avons eu le droit à une sélection internationale et éclectique, avec un détour par l’Australie et l’Afrique du Sud, ce qui est une première dans la fameuse bouteille noire. L’Australie est une des nouvelles destinations à la mode dans le monde du rhum et les embouteilleurs indépendants nous proposent chacun leur expression de la distillerie Beenleigh, la plus importante de l’ile-continent.
C’est ces trois références que nous avons ramenées dans nos valises pour une dégustation au calme, car, si elles nous ont toutes les trois beaucoup plu sur le salon, il peut parfois y avoir des surprises, voir un grand écart entre le ressenti salon et la dégustation à la maison.

 

Beenleigh 2015

Degré : 59%
Intégration de l’alcool : Excellente
Age : 5 ans
Distillerie : Beenleigh
Distillation : Colonne puis pot still
Nombre de cols : 800
Vieillissement : ex-bourbon dans un climat désertique (world premier)
Fiche Rum-X

 

Le premier nez est assez fermé, il faut de longues minutes pour que les arômes apparaissent timidement. On trouve un profil plutôt typique des rhums de mélasse en fût de bourbon autour de la vanille et de la coco légèrement caramélisée. Une petite pointe d’agrume vient égayer un nez efficace mais très classique.
En bouche, on retrouve la trame toute barbadienne du nez, le boisé se fait discret mais reste présent au travers d’une vanille assez intense et du tabac. Le rhum évolue ensuite vers des notes plus originales avec de l’amande et du miel.
Les épices font leur apparition sur la finale.

Un rhum plutôt agréable et bien fait mais qui manque quand même d’originalité pour en faire un must have.
Notre note : 14,5/20

Beenleigh 2006

Degré : 59%
Intégration de l’alcool : Excellente
Age : 15 ans
Distillerie : Beenleigh
Distillation : Colonne puis pot still
Nombre de cols : 1100
Vieillissement : ex-bourbon dans un climat tropical
Fiche Rum-X

Au nez, et contrairement a ce que l’on pouvait attendre d’un long vieillissement en climat tropical, le bois est plutôt discret. On retrouve un profil similaire au 2015 (vanille coco en tête) mais le nez est bien plus expressif. Des arômes de cacao et une évolution très sympathique vers des notes de fruits (agrume mais aussi des fruits rouges) arrivent avec l’aération.
En bouche le boisé se fait un peu plus présent, mais reste mesuré, et la texture semble comme poudrée. On retrouve cette pointe d’acidité portée par les fruits rouges (groseille), nos agrumes qui accompagnent la trame vanille coco, ce duo étant le véritable fil rouge des ces deux rhums.
Viennent ensuite les épices douces (cannelle) sur la finale, comme pour le 2015.

Un rhum élégant plus complet et complexe que le 2015. Là encore, il ne fait pas dans l’originalité mais dans l’efficacité.
Notre note : 15/20

Mhoba FAQ Plastic

La distillerie Sud-Africaine nous propose ici, en collaboration avec Velier, un rhum dont la devise est « Substraction not addition ». L’étiquette affiche fièrement « no pesticides, no enzymes, no antifoam, no sweetning » et, pour aller au bout de la démarche, le bouchon est ciré. Il s’agit ici d’un rhum pur jus de 2017 (comme l’Habitation Velier sortie cette année). Il affiche un taux de congeners de 590,9 gr/hlpa et un taux d’esters de 344,6g/hlpa.

Degré : 64,3%
Intégration de l’alcool : Bonne
Age : 4 ans
Distillerie : Mhoba
Distillation : Pot still
Nombre de cols : 1445
Vieillissement : chêne français ex-vin rouge
Particularités : brut de fût
Fiche Rum-X et Wikirum

Au nez, le premier mot est : WTF ?! Nous n’avons jamais croisé un profil si atypique. Très opulent, voir envahissant, le nez détonne complètement. Une note est très présente, que nous identifions comme de la cacahuète vinaigrée soufrée et grasse… C’est très déroutant et il est difficile de savoir si on aime ou on déteste, mais on y revient longuement, peut-être pour essayer de décrypter ce nez si original.
La bouche nous ramène sur des sentiers plus communs. Il est d’ailleurs étonnant qu’un arôme aussi omniprésent au nez ne se reflète pas du tout en bouche. L’attaque est assez nette, mais on se retrouve vite sur un profil plutôt pâtissier, miellé et beurré qui nous rappelle (un petit peu) la version Habitation Velier. Le profil est complété part des notes empyreumatiques un peu fumées, tel le caramel brulé.

Un nez complétement déroutant, un genre de syndrome attraction-répulsion avec cette note qu’on ne se lasse pas de détester. Une bouche beaucoup plus classique et, pour le coup, très réussie. Un rhum jeune, vif, qui intègre plutôt bien ses 64,3%, et pour le moins original, qui aura surement ses fans et ses détracteurs.
Notre note : 14,5/20

Conclusion

Pour cette première partie des nouveautés de fin d’année, on retrouve ici deux rhums australiens classiques, mais efficaces, qui nous ont fait penser à certains Foursquare. On retiendra que toute l’originalité aura été concentrée dans un ovni venu d’Afrique du sud. Les trois rhums sont proposés à respectivement 69, 95 et 105 euros, des prix plutôt intéressants pour Velier, mais dans la moyenne haute des rhums de ce type. Des prix qui ne sont de toute façon plus d’actualité puisqu’il faudra se tourner vers le second marché, et ses prix complétement déconnectés de la qualité des produits.

Commentez cet article