Les principaux embouteilleurs indépendants de la place rhum actuellement.

Vous avez peut-être déjà entendu un amateur dire « Il est excellent ce Bellevue 98 » ?

Vous rentrez donc chez vous, vous tapez Bellevue 1998 dans votre moteur de recherche préféré. Là, surprise, vous tombez sur des bouteilles qui sont toutes différentes. C’est normal, car elles sont embouteillées par des embouteilleurs indépendants (on dit aussi Independent Bottler, abrégé en IB) et il devient vite compliqué de s’y retrouver.

Nous continuons donc notre découverte de l’univers du rhum avec ces acteurs majeurs, parfois décriés et souvent méconnus.

Qu’est-ce qu’un embouteilleur indépendant ?

Un embouteilleur indépendant est un intermédiaire qui va sélectionner des rhums (bien souvent auprès des grossistes/brokers – tel Scheer à Amsterdam, mais parfois aussi directement auprès de la distillerie) et les mettre en bouteilles afin d’en proposer sa version. Ce sont eux qui ont, par exemple, longtemps embouteillé les rums de Guyana ou de Jamaïque, que les producteurs vendaient en vrac à des grossistes européens. Si les maisons de Martinique et de Guadeloupe ont depuis toujours les structures pour assumer l’ensemble de la chaine de production (fabrication du rhum, embouteillage et commercialisation), les rhums de traditions britanniques étaient eux très souvent (on pourrait peut-être dire de tout temps) achetés par des grossistes et vendus par des IB.

Pour illustrer ce propos, il faut savoir que les premiers embouteillages de la marque El Dorado, de Guyana (qui représente la distillerie officielle DDL – Demerara Distillers Limited) datent de 1992.

Les embouteilleurs indépendants ont apporté avec eux des pratiques souvent venues du whisky comme le single cask (embouteillage d’un seul fût) qui ont contribué à élever le niveau du rhum au niveau actuel.

Quel est l’intérêt pour la distillerie ?

Au niveau organisationnel, il est plus simple, et moins couteux, de vendre ses rhums directement en lot, sans passer par la phase d’embouteillage et de commercialisation. Les rentrées d’argents sont plus directes et les investissements sont beaucoup moins lourds.

Enfin, un embouteillage auprès d’un embouteilleur prestigieux est un beau coup de boost pour l’image d’une marque.

Nous vous présentons les principaux embouteilleurs, avec certaines des bouteilles marquantes des acteurs présentés.

Le BOSS :

Velier (non, ce n’était pas Bruce S)

Avec le pape du rhum a sa tête, Luca Gargano, Velier est l’embouteilleur indépendant le plus important de la place rhum. Il a su faire rentrer le rhum dans une nouvelle ère avec des destinations nouvelles et des bruts de futs qui ont changé la face du rhum. Outre ses « découvertes », Luca Gargano mène un combat pour le vieillissement tropical, sur leur lieu de production, des rhums.

La plupart des rhums les mythiques de la scène actuelle sont des Velier ; citons par exemple les Skeldon 1973 et 1978, les Caroni ou encore des très jolis Neisson ou Karukera.  Les 70 ans de Velier en 2017 ont par exemple donné une série de sorties mémorable qui ont animé l’année entière.

Le problème principal : à quelques exceptions près, une sortie de Velier sera épuisée en quelques heures, et sera vendue plus chère dès le lendemain sur le marché secondaire.

Aujourd’hui, vous pouvez trouver un Patrimonio si vous souhaitez absolument avoir un Velier chez vous.

Les historiques :

Chantal Comte

L’embouteillage à la française depuis plusieurs années ! Venue du monde du vin, Chantal Comte est LA référence dans la sélection des rhums agricoles. Des sélections de rhums agricoles historiques, avec par exemple des Distillerie de Sainte-Luce 1977 ou 1980, une Plantation de la Montagne Pelée 1975 et des sélections toujours très pointues, qui sortent régulièrement.

Chantal Comte est la première à avoir embouteillé du rhum brut de fût avec les éditions de 1980.
On trouve toujours la série des 2001, 2005 et 2006, sélectionnés dans les chais La Mauny, qui sont tous les trois fantastiques.

Bristol Classic Rum

Vieil embouteilleur anglais, qui lui, ne vient pas du monde du whisky et qui propose des destinations classiques avec, à noter quand même, des Caroni devenus introuvables issus des stocks initiaux achetés lors de la liquidation de la distillerie (comment on le sait ? Grâce à Roger).

Berry Bros & Rudd

Une maison créée en 1698, ça impose le respect. Au niveau des rhums, on trouve des Bellevues (dont un 1998), des Caroni et, en plus, une sélection de Rum Mauricien, de la distillerie Medine, avec la gamme Penny Blue, dont le VSOP est un bon rapport Q/P. Si vous avez un budget un peu plus important, et que vous le trouvez sur le marché secondaire, le Guadeloupe 1998 (16 ans) est une référence.

Mezan

Un embouteilleur qui propose les destinations habituelles des embouteilleurs indépendants qui se concentrent bien souvent, on l’a vu, sur les rhums de mélasse de tradition anglaise. Avec, en plus, des Panama et des Belize qui sortent de ce schéma.

L’originalité de Mezan ? Proposer des rhums réduits mais sans ajout. Des belles sélections pour débuter, avec par exemple un Jamaïque XO très abordable et très intéressant pour découvrir cette île.

Silver Seal

Embouteilleur italien qui embouteille en Écosse et qui a lui aussi proposé de vieux Demerara (un 1974 à 68,6°), Jamaïque ou Caroni. Le packaging est totalement à l’opposé de Velier (qui est très dépouillé) puisque les étiquettes sont toutes colorées et riches. Le vieillissement est continental et les prix sont assez élevés.

Greg R

Samaroli

Venu du monde du whisky, Samaroli existe depuis 1968 et a été le premier embouteilleur de whisky non britannique. Il s’est fait connaitre par son gros travail de finition sur ses sélections. Au niveau des rhums, sortis récemment surtout, assez peu de sélections marquantes, mais une licorne quand même : le Jamaïca 21 ans à 65,6°.

Rum Nation

Un autre embouteilleur italien, avec des rhums assez classiques à des prix abordables. A noter, une série Small Cask Rare Rums qui propose, elle, des tirages plus limités et des rhums plus qualitatifs. Chez cet embouteilleur, un joli Jamaïca blanc à 57°, distillerie Worthy Park, accessible pour découvrir la typicité de l’île.

Kill Devil

Hunter Laing est un spécialiste écossais du whisky qui a lancé sa gamme de rhum avec la série Kill Devil. Il n’y a quasiment que des singles casks dans la série et ils sont tous embouteillés en Ecosse. Les rhums sont souvent réduits à 46°(qui rappelle les réductions du whisky) même si certains bruts de fût sont proposés.

Habitation Velier

Velier sélectionne et la Maison du Whisky distribue, sacré duo ! L’objectif de l’Habitation Velier est de proposer le meilleur des rhums, plutôt de tradition anglaise, issu de la mélasse (sauf le Muller blanc qui vient de chez Bielle) et distillé en pot still, avec des tirages un peu plus conséquents que Velier. Peu de références mythiques sauf le fameux rhum fantôme, l’HGML, mais une gamme solide avec des jolis rhums, assez accessibles niveaux tarifs.

Pierre T

Plantations

La gamme rhum de la maison Ferrand est un tour du monde en 80 bouteilles, avec des rhums, et des séries, plus ou moins pointus. Plantations a su se faire une place de choix dans le monde de la mixologie (source) ce qui lui assure une renommée internationale. Le président de la maison, Alexandre Gabriel est un des principaux acteurs du monde du rhum, bien connu pour sa vision moins « restrictive » du rhum que d’autres figures du milieu (avec par exemple de l’eau de mer ajoutée lors de la fermentation).

Compagnie des Indes

Une gamme très (trop ?) variée, sans ajout, à des prix accessibles et avec un fondateur sympathique. La Compagnie Des Indes (CDI pour les intimes) est un embouteilleur français qui existe depuis 2014 et qui a su se faire jolie place avec des rhums accessibles (blend ou rhums plus abordables) ou des sélections plus pointues (Caroni, Hampden ou Demerara âgés).  La sélection d’un rhum du Venezuela (venant de la distillerie CADC), en brut de fût s’il vous plait, sort de l’ordinaire et pourra vous surprendre.

Des cavistes experts en sélection :

L’Esprit

Un caviste passionné, et passionnant, est à l’origine de quelques-unes des jolies sélections de ces dernières années. Tristan Prodhomme, c’est le nom du fondateur, est un très grand dégustateur et ses produits ouvrent de nouveaux horizons (on pense ici à la nouvelle série de blanc à haut degré). De belles bouteilles, par un véritable expert en dégustation. A découvrir.

Excellence Rhum

La référence des boutiques de rhums en ligne a créé sa collection d’embouteillage maison en 2017. Les rhums sont plutôt haut de gamme et les bouteilles, ainsi que leurs boites, sont toutes très réussies. Au niveau des destinations, c’est classique avec de la Jamaïque et de la Guyana. La sélection 2019 sort des sentiers battus et tout le monde attendait avec impatience le Bielle goûté au Rhumfest de cette année… qui est sorti, mais à un prix assez élevé. La maison La Mauny tient compagnie au Bielle pour la gamme Excellence Rhum, qui sera complétée par une série en collaboration avec Plantations (un Belize de 2009 et un Clarendon de 1999).

Le Bielle Excellence Rhum a domicile

Corman Collins

Hubert Corman est un caviste belge spécialiste en bière et autres alcools mais il est également un très grand connaisseur en rhums et même les plus anciens. Ses sélections sont toutes très pointues avec récemment, entre autres, une Cuvée Bèlè chez Trois Rivières (maison rare en IB) ou un Hampden de 35 ans choisi avec le fameux bar singapourien The Auld Alliance.

Old Brothers

Nous avons raconté les aventures d’Antho et Julien ici. Old Brothers c’est la nouvelle génération d’embouteilleurs indépendants, avec une très bonne maitrise de la sélection mais également des réseaux sociaux. Au niveau des rhums les premières sélections ont faites chez Bielle et les nouveautés présentées au Rhumfest 2019 ont vu arriver un Diamond et un Fidji. Et quand on a vu le magnifique tour de la Caraïbe effectué par le duo, on peut imaginer que du très lourd va arriver…

Les nouveaux venus :

Rasta Morris

Un embouteilleur Belge, Bert Bruyneel, qui a commencé par le whisky et a poursuivi par le rhum. Des sélections sans sucre ajouté, sans colorant, sans dilution et non filtrées à froid qui ont commencé avec un Caroni, puis des Guyana, Foursquare ou Jamaïque et s’est poursuivies en 2019 avec trois embouteillages Bielle, dont une série de 36 bouteilles du millésime 2002 qui a fait rêver les collectionneurs. Et il semblerait qu’une nouvelle série de Bielle soit actuellement sur un bateau…

La maison du rhum

Là où la plupart des projets d’embouteilleurs sont des histoires personnelles, La maison du rhum est issue de la fameuse société de distribution française Dugas. La cible est plutôt le grand public avec des sélections « vendeuses », et originales pour les IB dont nous traitons ici : Guatemala (distillerie Botran) ou Pérou (distillerie Millonario) par exemple. Il est possible de critiquer les sélections, mais pas la volonté de proposer quelque chose de nouveau.

That-y Boutique Rum

Après le Whisky et le Gin, la compagnie anglaise se lance dans le rhum. Avec des bouteilles facilement reconnaissables, dont le style Cartoon détonnera chez votre caviste, et avec quelques destinations qui sortent de l’ordinaire : Madère avec O’Reizinho ou la Thaïlande avec Issan. Vous trouverez également quelques Guyana. Aucun retour mais un site internet bien fait pour découvrir la gamme.

Les Frères de la Côte

Les frères de la côte c’est une histoire de famille. La démarche est éco-responsable puisque les rhums embouteillés (et il n’y a pas que ça) sont importés en Europe (pour arriver jusqu’à St Etienne) par le Très Hombres, bateau à voile qui assure la liaison avec les Antilles. Les Bielle de la première heure ne sont plus trouvables, tout comme la première série de la Favorite (trois fûts différents), mais une nouvelle série arrive à l’automne 2019 et devrait faire parler d’elle.

S.B.S

Single Barrel Selection, plus qu’un nom, c’est la philosophie de la marque 1423 World Class Spirits (à l’origine d’un calendrier de l’avent très élégant mais dont les rhums ont pu être décevants).
Bien qu’elle existe depuis 2009, la marque SBS fait parler d’elle depuis peu de temps en France avec une distribution de fut unique (comme son nom l’indique) de différentes origines. A retenir, un Trinidad 1993 « The Beast » venu de la distillerie Caroni, avec une couleur incroyable, mais difficile à boire parait-il. Autre sélection originale : un Hampden DOK (mark la plus chargée) fini 6 mois en fut de Sherry.

The Wild Parrot

Un embouteilleur italien qui a su se faire une place rapidement dans la catégorie « embouteilleur haut de gamme » (vous pouvez remplacer l’expression haut de gamme par cher si vous le souhaitez). Les premières sélections, des Hampden et Caroni, ont fait grand bruit, car elles étaient excellentes, et, en plus, habillées par un packaging magnifique. Ensuite, certaines sélections de Guyana ont plus déçu mais les sélections récentes se sont diversifiées (un très joli Savanna et un Fidji dernièrement).

Un packaging réussi. Wild Parrot

Les inclassables :

La confrérie du rhum

Le plus fameux des groupes de rhum sur Facebook commence à avoir une jolie collection d’embouteillages. Les maisons embouteillées sont belles, citons par exemple HSE, La Favorite, La Mauny, Bielle ou New Grove. Il ne s’agit techniquement pas d’un IB (puisqu’on peut supposer que la Confrérie n’achète pas les futs) mais nous avons voulu mettre en avant les jolies sélections qui avaient été faites.

Maison Ferroni

Inclassable car Guillaume Ferroni, dont le travail d’éleveur (tout le travail du vieillissement d’un spiritueux) est plutôt atypique dans le monde des embouteilleurs rhum, est néanmoins un des grands connaisseurs du rhum en France. La maison Ferroni propose des produits qui sortent du rang (le tasty oveproof à 74°), mais aussi des embouteillages plus “classiques” comme le Barbade 2009 brut de fût.

Conclusion :

Nous avons pris le parti de ne pas mentionner tous les embouteilleurs, mais bien ceux qui nous ont semblé les plus importants à l’heure actuelle (citons Cadenhead qu’on voit moins actuellement).

Les Foursquare ou autre Diamond sont des classiques des IB et il nous semble important de trouver des embouteilleurs qui peuvent proposer des destinations plus originales comme des rhums du Venezuela ou d’Australie. Parfois, comme avec la fameuse série de Chantal Comte avec La Mauny, les embouteilleurs indépendants permettent de proposer des pépites qui n’étaient pas dans les habitudes de la maison. D’autre fois, on retrouve des bouteilles vues 157 fois ailleurs et on se demande l’intérêt de proposer cette même version… Ce qui n’est pas le cas du rhum Martiniquais, en grand arôme, le tout récent Grand Gallion de la société Latitudes qui sort lui des sentiers battus, et c’est agréable d’être surpris !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *